LE DÉFI DE LA MÉDITATION

Dans son livre The Origins on Creativity, Edward O. Wilson cite des recherches de l’Université de Virginie et de l’Université de Harvard qui ont révélé que « les volontaires n’aimaient pas rester seuls six minutes sans rien faire d’autre que penser. . . Ils préféraient même s’administrer des décharges électriques si rien d’autre n’était disponible!

La méditation ne vient pas naturellement à beaucoup d’entre nous! Les sept étapes de méditation suivants remplacent « ne rien faire d’autre que penser » par des procédures spécifiques à suivre dans chaque période de méditation.

Utilisez l’un ou l’autre à chaque fois que vous méditez jusqu’à ce que vous vous sentiez à l’aise « juste assis ».

1. ENTREZ DANS L’ESPACE MÉDITATIF…

* Remarquez que vous respirez!
(Prenez deux ou trois respirations pour chaque onglet ci-dessous)
* Ralentissez la respiration
* Faites attention aux sensations de la respiration
* Faites un ‘body-scan’ rapide
* Ensuite, un ‘mind-scan’ rapide
* Et un scan de vos émotions
* Passez du mode survie au mode épanouissement—vers la positivité, et
BONNE MÉDITATION !

2. DÉVELOPPEZ UNE PERSPECTIVE HOLISTIQUE

Le Cercle est le symbole d’une attitude holistique. Prenez le temps de considérer une situation dans son ensemble en planifient votre journée, courses, et repas. L’absence d’une vision holistique est au centre de notre défi climatique. Une vision holistique est aussi au cœur des relations intimes, la vie familiale, et l’équilibre travail-vie personnelle. Le point de vue individualiste vient naturellement. Pour voir l’ensemble du tableau, il faut une certaine sagesse, et la méditation est la pratique de la sagesse.

Laissez l’amour et la sagesse vous guider.

3.  DÉCOUVREZ LA TOILE D’INDRA

La toile d’Indra est une façon de visualiser l’intégralité de la nature. Non, Indra n’est pas une espèce d’araignée, mais une divinité de la mythologie indienne, et cette image représente la connectivité de tout dans la nature.

Ma façon de conduire a un effet sur la fonte des glaces polaires, et ma façon de manger a un effet sur la qualité de l’air que je respire. La « co-existence interdépendante » est un terme parfois utilisé pour désigner cette codépendance. Des choses qui semblent séparées à première vue sont en fait connectées et, en outre, qu’elles n’ont pas une existence indépendante.

Les gouttes d’eau sur cette toile sont vous et moi, notre gouvernement élu, le pommier dans le jardin, et ce qu’il y a à la télé ce soir. Chaque goutte se reflète dans les autres.

4. LÂCHEZ PRISE!

* Ne vous accrochez pas aux rancunes, aux arguments, aux regrets.
Ne vous accrochez à rien automatiquement.
* Ouvrez la main de la pensée lorsque vous méditez.
Faites ça plusieurs fois par jour.
* Permettez que vos pensées et vos expériences se renouvellent pendant que vous marchez, et tout au cours de la journée.

* Pourtant, n’hésitez pas à conserver intentionnellement des pensées et des sentiments positifs et extatiques.
Exercez votre pouvoir de choix…

5. AJUSTEZ LES VOILES,
N’ESSAYEZ PAS DE CONTROLER LE VENT

C’est ainsi qu’Ulysse, Chriatophe Colomb et d’autres marins célèbres ont atteint leur destination.
* En affaires, le vent est la demande pour un produit. Dans une relation, c’est la personnalité de l’autre.
* Déterminez un plan d’action approprié. Dans la tradition bouddhiste, ce principe s’appele UPAYA, ou ‘moyen adapté’.
* Pour un étudiant, cela signifie se connaître assez pour bien choisir son maître ou son métier.
* En méditation, choisissez l’heure qui vous convient: tôt le matin, après le petit-déjeuner, lorsque vous vous réveillez la nuit. Choisissez comment vous méditez: avec des mantras, avec des méditations guidées, seul ou en groupe. Choisissez où vous vous installez: devant une fenêtre, dans votre chambre, ou dans un endroit spécial de votre choix.

6. LAISSEZ FAIRE…

Les Beatles l’ont bien dit dans leur chanson, Let It Be.
* Notez que malgré qu’ils soient façonnés par les mêmes forces (vents, vagues et marées), chaque galet de plage est « pareil et différent » comme dirait la tradition Zen.
* Quoi que ce soit, des gens déraisonnables, des enfants indisciplinés, du mauvais temps… observez-le avec un sourire.
* Connectez votre sourire avec un cœur souriant, un esprit souriant et un corps souriant.
* Laissez le sourire devenir votre chez-vous. Rentrez chez-vous avec chaque respiration. Si vous marchez, rentrez chez-vous à chaque pas. Ne laissez pas les pensées vous en éloigner. Laissez le sourire être une expression de votre vie, comme la fleur est l’expression de la vie de la plante.
* Où que vous alliez, emportez votre sourire avec vous.(Ici, « SOURIRE » signifie une expression détendue et ouverte.)

7. SOUVENEZ-VOUS DE « L’ÉLÉPHANT BLEU »

Quand vous vous dites: « Je ne penserai pas à un éléphant rose ». vous pensez à un éléphant rose! Pensez à un éléphant bleu et l’éléphant rose disparaîtra.
« Je ne penserai pas à la nourriture » a également l’effet inverse. De même, avec « Je ne serai pas anxieux » vous touchez à l’anxiété, et avec « Je ne penserai pas » vous pensez déjà!
Message? Utilisez un language positif. Exemples:
* Je vais me concentrer sur les sensations.
* Je ne ferai qu’un avec ma respiration.
* Je garderai l’amour à l’esprit quand je parle.
* Je suis en sécurité ici, je peux me détendre.

SERVEZ-VOUS UN MENU VARIÉ EN MÉDITATION,

Bien que la tradition Zen définisse généralement la méditation comme « juste être assis», elle utilise également la méditation sur des Koan, et bon nombre des précieux aperçus qui définissent les maîtres Zen se sont produits en dehors des périodes de méditation assises, à la suite de ce que nous pourrions appeler la contemplation. Voici une liste incomplète de ce que j’inclus dans le terme « Méditation ». Notez que certains d’entre eux sont proches de la Pensée. ‘Penser’ n’est pas un gros mot! Certains pensent que la méditation signifie arrêter toute activité mentale – Mission impossible !
Les descriptions ci-dessous clarifient les types de pensée qui sont productifs:

1. Passer en revue un moment ou une rencontre (Réflexion)
La réflexion nous vient naturellement, surtout quand nous nous réveillons le matin. Laissez faire. Sans s’auto-dénigrer.

2. Calmer l’esprit, ou un mélange de Body Scan, Mind Scan et Lâcher prise

3. Réfléchir à la signification d’un événement ou d’une pensée (contemplation)
Une retraite commence souvent avec un discours. L’attente pour les séances de méditation suivantes est que les participants le digèrent. Cela se fait avec réflexion.

4. Suivi d’un aperçu (Méditation Créative)
Les idées créatives nous viennent parfois dans les rêves, parfois spontanément ou de manière inattendue. Honorez-les. C’est peut-être le début d’un nouveau chapitre dans votre vie.

5. Se concentrer intentionnellement sur l’amour et la gentillesse, y compris envers soi-même
L’amour qui vient d’un sentiment d’unité avec d’autres êtres vivants est au cœur de ce que l’on entend par l’Éveil.

6. Être uni avec la respiration (Méditation sur la respiration)
Respirer n’est pas quelque chose que nous ‘faisons’; elle fait partie de qui nous sommes.

7. Laisser un mantra ou une chanson guider la méditation
Les Beatles ont joué un rôle dans le mouvement Hare Krishna. Les sikhs et de nombreuses autres traditions indiennes utilisent des kirtans comme leur principal moyen de méditation.

Un corps sain nécessite une variété d’aliments.
Un esprit sain n’est pas différent dans son besoin de variété.

LA PRESSION EST INÉVITABLE,
MAIS LE STRESS EST OPTIONNEL

Nous entendons parfois les gens dire: «Il a un travail stressant.» Cela implique que le travail est à blâmer lorsque le travailleur a des difficultés à s’adapter. Mais ce n’est pas toujours vrai…

Explorons la différence entre le stress et la pression un peu. Pensez à une marmite à pression. Tout ne se transforme pas en purée dans un autocuiseur. Une tomate durerait peut-être une minute. Un bocal en verre, par contre, pourrait y passer longtemps sans problèmes. Il ne fait aucun doute qu’il existe des travaux et des environnements à haute pression. Pourtant, l’effet de cette pression n’est pas le même pour chacun.

Êtes-vous une tomate ou un bocal en verre?
Lorsque nous nous dépêchons, par example, nous essayons de nous conformer à une pression externe.
Est-ce que vous intériorisez la pression?
Même le chien sait comment faire de la pression pour qu’on lui promène.

Évitons de transformer la pression en stress. Le stress vient de notre attitude face à la pression.
Respirez profondément de temps à autre, et remarquez ce que votre esprit fait. Est-ce qu’il rumine, est-ce qu’il rêvasse, ou est-ce qu’il célèbre le moment présent? Est-ce qu’il vous fait avancer dans vos projets?

(Remarque: cela ne s’applique pas lorsque la pression est insupportablement intense, comme sur un champ de bataille, et le stress envahit l’esprit spontanément.)

LA DOULEUR EST INÉVITABLE,
MAIS LA SOUFFRANCE EST OPTIONNELLE

« La vie est souffrance » est l’un des grands mensonges du bouddhisme.
Nulle part dans le canon Pali le Bouddha lui-même ne dit cela.
-Thanissaro Bhikkhu

C’est ma version simplifiée de l’enseignement central du bouddhisme: Les Quatre Nobles Vérités.

Des choses arrivent à tout le monde; nous avons un accident ou nous tombons malade. Nous perdons un être cher ou un emploi, ou nous nous faisons larguer par un amant.
Mais la façon dont nous réagissons à ces événements douloureux détermine si, et combien nous souffrons. Acceptons-nous les choses que nous ne pouvons pas changer, comme dit la Prière de la Sérénité?

Beaucoup de gens répondent par des pensées négatives telles que: « Pourquoi moi? Pourquoi maintenant? Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter cela? C’est horrible. Cela ne devrait pas arriver. La vie est tellement injuste. » Bouddha a appelé de telles pensées « la deuxième flèche ». L’idée est que la première flèche a causé la douleur réelle. Maintenant, ces pensées négatives autour de la douleur sont comme une deuxième flèche qui frappe la blessure déjà douloureuse et l’aggrave. Le remède du Bouddha est l’enseignement connu sous le nom de « Le Noble Chemin Octuple ». Ce chemin comprend sept autres éléments en plus de la pleine conscience, des éléments tels que la méditation, la pensée juste, et l’effort juste.
La pleine conscience signifie observer ce qui se passe (la douleur) sans porter jugement; ainsi, tous ces jugements négatifs disparaissent et il ne reste que de la douleur brute. Surprise; la douleur elle même n’est pas si mauvaise qu’on le craignait…

Le deuil est une réponse naturelle et saine à la perte. Mais à un certain moment, l’acceptation de la nouvelle situation doit prévaloir, et nous devons surmonter notre résistance au changement et nous adapter.

(Remarque: cela ne s’applique pas lorsque la douleur est insupportablement intense et envahit l’esprit spontanément.).