Thich Nhat Hanh

Thich Nhat Hanh, poète, jardinier, et inlassable défenseur de la paix, figure parmi les personnalités les plus engagées du bouddhisme dans le monde. Comme le Dalaï Lama, il a vécu des expériences difficiles d’invasion et de destruction dans son pays natal, et aussi comme le Dalaï Lama, il en est sorti avec son sourire intact. Ce sourire est la preuve qu’il pratique ce qu’il enseigne, et qu’il n’est pas vaincu et assommé par la souffrance. Thich Nhât Hanh nous offre des leçons de sagesse au quotidien qui s’adresse à tous, quelle que soit son origine ou sa foi.

Voici quelques citations inspirantes:

“La méditation n’est pas une évasion mais une rencontre sereine avec la réalité.”

“Je me souris par bienveillance envers moi-même, pour bien prendre soin de moi, pour me donner de l’amour. Je sais que si je ne prends pas soin de moi, je ne pourrai pas prendre soin d’autrui.”

“Il nous faut vraiment comprendre la personne qu’on veut aimer. Si notre amour n’est que volonté de posséder, ce n’est pas l’amour vrai. Si l’on ne pense qu’à nous-mêmes, si l’on ne connaît que nos propres besoins et ignorons les besoins de l’autre, on ne peut pas aimer. Nous devons regarder profondément pour voir et comprendre les besoins, les aspirations et les souffrances de la personne qu’on aime. Ce sont les fondations de l’amour vrai.”

Une Flèche, Deux Illusions réunit l’ensemble de la poésie de Thich Nhat Hanh.
Voici un de ses poèmes:

La paix à chaque pas, le soleil rouge est mon coeur,
Chaque fleur sourit avec moi,
Qu’elle est belle la vie,
Qu’il est doux le vent,
La paix à chaque pas, elle change la voie sans fin en joie.

Voici trois livres que j’aimerais recommander:

Le miracle de la pleine conscience (Espace bleu, 1999)
Vivre en Pleine Conscience (Terre du Ciel, 2000)
Etre libre là où vous êtes (Ici & Maintenant, 2000)

*          *          *

Thich Nhat Hanh nous montre aussi une façon de suivre les enseignements de Bouddha qui convient à notre époque: « Vous avez le Bouddha en vous. C’est votre capacité à vous réveiller, à comprendre, à aimer. Le Bouddha n’est pas sur un nuage. Le Bouddha est l’éveil, la compréhension et la compassion, et vous avez en vous la nature bouddhique. La pratique aide la nature bouddhique à grandir” (dans une interview accordée à Andrea Miller du magazine Lion’s Roar).

Pour moi, cela rend l’écoute de la voix de Bouddha plus facile—nous n’avons pas besoin d’écouteurs pour l’entendre parce qu’elle vient de l’interieur de nous. La voix de Bouddha dit : « Ne vous enivrez pas de vous-même. Voyez aussi avec les milliers d’yeux, et écoutez avec les milliers d’oreilles des autres êtres. Il faut des repères pour vivre en paix avec les autres et avec la nature.”

Ces repères sont connus comme les cinq préceptes:
Ne tuez pas; mieux, ne faites pas tort.
Ne prenez pas ce qui n’est pas donné.
Dans les relations intimes, aimez la femme entière, l’homme entier.
Parlez doucement et sans tromperie.
Ne prenez pas d’alcool; celà confond l’esprit.
(Mon interprétation)

Ne considérez pas les cinq préceptes seulement comme des consignes morales.
D’une part, ils sont volontaires : ce n’est pas un « Bouddha sur un nuage » qui les dicte, ce sont nos propres valeurs qui les inspirent.
D’autre part, ils stimulent notre sentiment de bien-être et de bonheur car ils sont essentiels à de bonnes relations, à une famille harmonieuse et à un lieu de travail agréable. Cela leur vaut une place dans la pratique de la pleine conscience.

En pratiquant le premier précepte ne perdez pas de temps sur des questions comme: ‘Peut-on écraser un moustique ou non?’ Concentrez-vous plutôt sur des questions importantes telles que les guerres, la coupe à blanc des forêts, et l’élevage industriel des animaux.

Selon la Fondation David Suzuki, l’élevage des animaux prend 30 pourcent de la surface terrestre de la planète et est responsable de 18 pourcent des gaz à effet de serre tels le méthane et l’oxyde nitreux. Il donne aussi un rendement inefficace car une grande partie de la nourriture qu’un animal mange sert à faire fonctionner son propre métabolisme. Il y a des raisons écologiques pour manger moins de viande.

Détail intéressant :

« En analysant les données de 33 études indépendantes portant sur plus de 19 000 personnes au total, nous avons trouvé une différence modérée entre les sexes dans l’identité morale », rapporte le Greater Good Magazine. « Les femmes s’identifiaient plus fortement aux traits moraux que les hommes. Ces résultats sont cohérents avec de nombreuses recherches antérieures qui ont montré que les femmes ont des normes éthiques plus élevées et plus fermes et agissent de manière plus éthique que les hommes dans une variété de domaines comportementaux. »

Voici un scénario : vous vendez votre vieille voiture. Elle manque le bouchon de réservoir d’essence et il y a aussi un problème de transmission qui apparaît de temps en temps. Les révéleriez-vous à un acheteur potentiel ?

Cette question et d’autres questions similaires ont été posées aux participants dans ces études. Par rapport aux hommes, les femmes ont déclaré être plus engagées à négocier de bonne foi et de manière totalement honnête et digne de confiance avec l’acheteur.

Je trouve ces résultats intéressants car certaines religions ont vu les femmes sous un jour défavorable par rapport aux hommes…